Pour l'amour
de la langue française

À Noël ou à l’Épiphanie ?

| 23 décembre 2017 | par Jean-Christophe PELLAT

Ces deux fêtes qui marquent le début de l’année liturgique ont des noms qui méritent une explication.

« Noël » vient du latin « natalem (diem) », (jour de) naissance (v. 1120), puisque les catholiques et les protestants célèbrent le 25 décembre la fête de la Nativité, la naissance du Christ. L’évolution phonétique est particulière. La forme « noel » a éclipsé la forme « nael ». On explique le « o » de « noel » par une forme *notale(m), soit dissociant les deux « a » de « natale(m) », soit influencée par « notus », « connu ». Le tréma a été placé au XVIIe siècle pour séparer la prononciation des deux voyelles (« no-ël ») et éviter leur prononciation en une seule émission de voix (« wè »). L’église orthodoxe, qui suit toujours le calendrier julien, célèbre la fête de Noël le 7 janvier.

« Épiphanie » vient du latin liturgique « epiphania » (1190), lui-même issu du grec, qui signifie « apparition ». L’épiphanie désigne la manifestation de Jésus Christ aux Rois mages et la fête qui commémore cette rencontre, dite aussi « Jour des Rois ». L’église catholique la célèbre maintenant le premier dimanche de janvier.

Pour conclure, citons A. Daudet et la nuit de Noël évoquée dans « Les trois messes basses » :

La nuit était claire, les étoiles avivées de froid ; la bise piquait, et un fin grésil glissant sur les vêtements sans les mouiller, gardait fidèlement la tradition des Noëls blancs de neige.

Jean-Christophe PELLAT
Jean-Christophe Pellat est professeur émérite de linguistique française à l’Université de Strasbourg, où il a enseigné en Licence, Master et dans les préparations au CAPES et aux agrégations de Lettres. Spécialiste de grammaire et orthographe françaises (histoire, description, didactique), il est co-auteur d’un ouvrage universitaire de référence, Grammaire méthodique du français (PUF, dernière éd. 2016) et de diverses grammaires scolaires. Dans ses travaux sur la didactique de la grammaire en FLE et FLM, il s’attache à l’adaptation des notions aux différents publics concernés.