Pour l'amour
de la langue française

ÉRUPTION / IRRUPTION, quelle perturbation ?

| 04 juillet 2018 | par Jean-Christophe PELLAT

Ces deux noms, dont la prononciation est proche, viennent de mots latins différents.

« Éruption » est un emprunt au latin « eruptio » (1355) qui avait le même sens et désigne une émission brusque, principalement une « apparition de lésions cutanées » ou un « jaillissement de matières volcaniques » (« Petit Robert »).

« Irruption » est un emprunt à un autre nom latin, « irruptio » (1495), qui appartient à la famille étymologique de « rompre » ; il signifie « entrée de force » ou « invasion » dans un lieu, dans un pays.

À l’origine en français, « éruption » avait le sens d’« irruption », puis les deux noms ont divergé avec l’irruption du second. Cependant, l’idée de manifestation soudaine et incontrôlée a maintenu leur relation, favorisée par la parenté de leur forme.

À l’oral, la confusion entre les deux a un effet comique assuré, parfois involontaire : « il a fait éruption dans la salle » ou « Le Piton de la Fournaise a encore fait une irruption » (bien qu’il s’agisse d’un volcan effusif).

Jean-Christophe PELLAT
Jean-Christophe Pellat est professeur émérite de linguistique française à l’Université de Strasbourg, où il a enseigné en Licence, Master et dans les préparations au CAPES et aux agrégations de Lettres. Spécialiste de grammaire et orthographe françaises (histoire, description, didactique), il est co-auteur d’un ouvrage universitaire de référence, Grammaire méthodique du français (PUF, dernière éd. 2016) et de diverses grammaires scolaires. Dans ses travaux sur la didactique de la grammaire en FLE et FLM, il s’attache à l’adaptation des notions aux différents publics concernés.